Si vous avez des idées suicidaires, c’est probablement parce que vous ressentez une souffrance qui occupe trop de place, qui semble insurmontable. Ces idées sont un signal d’alarme que vous devez prendre au sérieux. Elles sont surtout réversibles, car il est possible de les faire cesser : parler de vos idées suicidaires à un ami, à un membre de votre famille ou à un intervenant est un cheminement important dans la recherche d’un soutien nécessaire pour diminuer votre détresse et trouver des solutions pour aller mieux.

Vous êtes important et même si c’est difficile à croire pour l’instant, la vie vous réserve des moments heureux; c’est pourquoi il faut parler, demander de l’aide.

Pistes pour vous aider à parler de vos idées suicidaires

  • Vous n’avez pas besoin de savoir exactement quoi dire ou comment le dire. Le simple fait de verbaliser vos idées suicidaires et vos souffrances peut être la source d’un grand soulagement. Restez vous-même dans l’expression de vos émotions et de votre vécu; parlez dans vos mots, avec honnêteté.
  • Ne restez pas seul avec cette souffrance. Dans un moment de difficulté, on a parfois tendance à s’isoler alors qu’en s’ouvrant, on peut trouver du soutien, des solutions.
  • Parlez-en à une personne de confiance :
    un collègue, un ami, un voisin.
  • Si la personne à qui vous en avez parlé a de la difficulté à entendre votre souffrance, parlez-en à quelqu’un d’autre.
  • Si tu as moins de 18 ans, nous t’encourageons fortement à en parler à un adulte de confiance : un professeur, un parent, un intervenant scolaire, etc. Tes amis peuvent t’aider et t’écouter, mais ils ne peuvent pas porter seuls cette confidence.
  • N’ayez pas peur d’inquiéter vos proches en exprimant vos idées suicidaires. Ce qu’ils veulent par-dessus tout, c’est vous garder près d’eux, malgré les difficultés. La douleur engendrée par un suicide est immensément plus grande que la douleur provoquée par des disputes ou des déceptions. Le suicide ne fait pas cesser la souffrance, il la déplace et la multiplie.

« Je ne savais pas quoi dire,
mais en parler m’a fait du bien. »

Pourquoi en parler à un intervenant?

Il existe des intervenants spécialisés en prévention du suicide, qui peuvent vous écouter. Ces personnes travaillent entre autres dans les centres de prévention du suicide, dans les CLSC et les CISSS/CIUSSS ou dans les bureaux de psychologie. Vous pouvez aussi parler à un intervenant scolaire, à un médecin, etc. Cette démarche vous permettra de :

  • discuter de vos idées suicidaires et de votre désir d’arrêter de souffrir;
  • être écouté avec ouverture et sans jugement. Un intervenant en prévention du suicide a l’habitude de parler de ce sujet;
  • rester en contact avec la partie de vous qui veut vivre;
  • trouver des pistes de solution à certaines difficultés;
  • utiliser vos forces et vos ressources qui vous ont déjà permis de passer à travers des moments difficiles;
  • voir autrement la situation que vous vivez, ne plus être seul pour chercher des façons de diminuer la détresse;
  • déterminer les éléments qui diminuent vos idées suicidaires.

Rappelez-vous qu’il existe de l’aide et qu’il y a certainement des façons de diminuer votre souffrance, même si vous ne savez pas comment présentement. Le suicide est un geste irréversible, alors que les problèmes sont temporaires. Avec du soutien, vous pouvez surmonter ce moment de détresse.

Ressources d’aide

Ligne québécoise
de prévention du suicide

1 866 APPELLE (277-3553)
Vous pourrez parler à un intervenant 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Cette personne vous écoutera avec respect et ouverture, répondra à vos questions et pourra vous aider.

Témoignages

Parler du suicide sauve des vies – Lucas Philip Alcantara, 2018

Parler du suicide sauve des vies – Michèle Brochu, 2018